Mes idées

Encourager le don d’ovocytes, et vite !

J’ai lu hier un article de Libération qui m’a interpellé. En substance, le manque de dons d’ovocytes risque de favoriser un trafic. Certaines femmes originaires des ex-pays de l’Est commencent à vendre leurs ovocytes. Une clinique espagnole propose 500 euros à tout établissement médical qui lui envoie des patients… Ca laisse songeur.

Je me souviens très bien de la première fois où j’ai entendu parler du don d’ovocytes.

C’était il y a peut-être deux ans, ou moins je ne sais plus. Je songeais déjà à faire un bébé mais je n’étais pas encore entrée dans une phase active… et je n’avais pas le moindre pressentiment de ce qui allait me tomber sur la tête quelques années plus tard. J’étais tranquillement dans la salle d’attente de ma gynéco et j’attendais pour mon annuel frottis et renouvellement de pillule. Comme d’habitude, elle était en retard. Comme d’habitude, j’avais oublié de prendre un bouquin pour patienter. J’ai alors jeté un oeil sur les dépliants qui traînaient à côté des magazines féminins et je suis tombée sur une plaquette sur le don d’ovocytes. « Redonner l’espoir de devenir parents », était-il écrit. Quel beau geste ! Quelle générosité ! J’étais enthousiasmée et je me suis dit que j’aimerais tenter un jour l’aventure, sans vraiment réfléchir aux protocoles médicaux qu’elle engendrait.

Ironie du sort, je ne ferai jamais de don d’ovocytes. Mon insuffisance ovarienne ne m’en donnera pas la possibilité. Il se pourrait en revanche qu’une fois toutes les techniques d’AMP épuisées (c’est-à-dire pas tout de suite), j’ai besoin d’un petit gamète d’une autre femme. Aujourd’hui, pour les nanas dans ce cas, c’est l’impasse. Et la direction vers l’Espagne assurée. Car en France, un peu plus de 200 femmes font un don d’ovocytes chaque année, tandis que, dans le même temps, 400 nouveaux couples découvrent qu’ils ont besoin du précieux gamète. Je ne blâme pas les femmes qui ne donnent pas. Les démarches administratives, les protocoles médicaux, la stimulation hormonale ont de quoi rebuter. Mais quand même… 200 dons, 800 000 naissances chaque année ! Y’a pas un truc qui cloche. Doubler le nombre de donneuses, est-ce insurmontable ? Devra-t-il y avoir un trafic de grande ampleur pour que les choses évoluent en France ? Sera-t-on encore longtemps obligé de se rendre en Espagne, comme des clandestines de la fertilité ?

Publicités

11 réflexions au sujet de « Encourager le don d’ovocytes, et vite ! »

  1. Bonjour,
    j’ai connu le don d’ovocytes (je suis l’heureuse maman d’un petit garçon) et souhaites le connaitre encore….

    Toute l’aide est bienvenue…

    Voici mon parcours :
    J’ai 35 ans, et suis l’heureuse maman d’un petit garçon de quelques mois, que j’ai eu grâce à un don d ‘ovocytes, réalisé à l’hôpital Cochin (Paris).

    J’ai eu un cancer à l’âge de 20 ans, et c’est ce qui a vraisemblablement attaqué ma réserve ovocytaire et enlevé toute possibilité d’avoir un enfant « par moi-même ».

    Avec mon mari, nous sommes amoureux et ensemble depuis 15ans, nous formons un couple solide, qui a bravé de nombreuses épreuves pendant 7 ans : fausses couches à répétition, parcours de PMA, don d’ovocyte… et notre vie s’est littéralement transformée avec l’arrivée de notre petit garçon.
    Chaque instant passé à ses côtés est source d’un bonheur immense, d’une fierté sans borne….
    Il est le centre de nos vies, et à fait de nous ce que nous rêvions d’être depuis notre rencontre : des parents, ensemble, tous simplement….

    Notre fils est un océan de sourires, de rires, de câlins, de douceur, de complicité…. : nous sommes infiniment heureux…

    Alors vous vous demandez sans doute le pourquoi de ce message….

    Nous avons toujours souhaité avoir deux enfants…. Et ce désir est toujours présent, malgré les difficultés à concevoir ce premier enfant… Personnellement, j’ai souffert d’être enfant unique et je rêve de voir se créer cette complicité entre frères et sœurs… Ce lien est, à notre avis, le fondement de la famille… même s’il peut être source de jalousies, de remises en cause, bien naturelles….

    Je ne parle même pas de la joie de porter à nouveau un enfant : le sentir bouger pour la première fois, couver un joyau, sentir la vie en soi, donner naissance à un petit être si parfait, ressentir la chaleur de son petit corps sur soi le jour de l’accouchement, être présent à chaque instant pour le nourrir, le câliner, le rassurer, lui faire découvrir mille et une chose qui l’émerveillent…

    Mais voilà, la problématique reste la même : pas d’enfant possible sans don d’ovocytes…. Nous savons qu’il existe la possibilité d’avoir recours à un don à l’étranger, mais il nous semble très important que nos deux enfants aient été conçus dans le même cadre légal, je m’explique :
    Pour avoir recours au don en France, les futurs parents doivent passer devant le juge, afin d’adopter les futurs ovocytes donnés, et assurer ainsi une filiation légale à l’enfant, indissoluble, et irrévocable.. Cette démarche assure ainsi à l’enfant les mêmes droits en cas d’héritage que les autres enfants « biologiques » qui seraient nés ou naitraient du couple… Comme nous ne cacherons jamais à notre fils comment il a été conçu, il connaitra également cette démarche…

    Et il très important d’assurer cette égalité de traitement entre nos différents enfants…

    Je sais que sur ce forum, de nombreuses femmes attendent malheureusement de trouver une personne qui voudra bien les « parrainer », ne serait-ce que pour un premier enfant…. Et ma démarche peut sembler « gonflée », vu que j’ai déjà la très grande chance d’être maman…

    Mais si je ne passe pas cet appel aujourd’hui, nous n’avons absolument aucune chance de voir notre désir se réaliser.

    Je cherche donc une femme qui serait déjà en procédure de don d ‘ovocytes, à Cochin (Paris) où je suis suivie, ou qui aurait l’intention de commencer une telle démarche, et qui voudrait bien me « parrainer ». En effet, sans donneuse, Cochin ne nous mettra même pas sur liste d’attente, c’est-à-dire que notre dossier ne sera en aucun cas accepté.

    Cette femme est notre unique chance d’avoir un deuxième enfant !

    Les conditions sont :
    – Avoir déjà un enfant
    – Avoir l’accord de son conjoint
    – Avoir 37 ans maximum au moment du don

    Voici une plaquette qui explique très bien le parcours de la donneuse :
    http://www.dondovocytes.fr/dl/broc […] ocytes.pdf

    Si vous avez une question, ou êtes intéressée pour donner des ovocytes à Cochin (Paris), vous pouvez me contacter en MP, et je répondrai à toutes vos questions…..

    Merci d’avoir lu ce long message, et peut-être à bientôt….

    J'aime

  2. Bonjour,

    Moi aussi j’ai choisi l’étranger car j’ai 43 ans ..
    j’ai choisi la tchéquie – Sanus CzechIFV
    Pas de délai, beaucoup moins cher que l’espagne, médecin très compétent.

    Si vous avez des questions.

    J'aime

  3. Salut,
    J’ai été dans le même cas que toi, et je me suis tournée vers l’Espagne. Cependant mon experience a été vraiment très bonne car je suis tombé sur des médecins superbes. Une clinique à Madrid que je recommande vraiment. Si seulement on pouvait avoir la même chose en France!!
    Mais bon, en attendant, sachez que l’experience n’est pas si mauvaise qu’on le dit en Espagne et que dans certains cas nous revennons très contente….. et enceinte!

    Bonne chance à toutes!

    Flo.

    J'aime

  4. Je suis exactement dans la même galère que toi… Et même ironie du sort. Je suis journaliste et je faisais un sujet sur le don d’ovocytes en Espagne. J’ai rencontré des couples là bas, des médecins etc. Évidemment je suis super touchée par tout ce que j’entends. Je découvre la nullité de la France dans ce domaine et je finis par me dire que je donnerais bien mes ovocytes pour aider ces parents en mal de bébé… et 6 mois plus tard : ménopause précoce à 26 ans qui me tombe dessus. C’était il y a un an et demi, je me remets doucement… En tout cas, je me plais à lire ton joli blog! A bientôt!

    J'aime

  5. Je te découvres grâce à Caro, et je suis forcément touchée par tes écrits qui disent en restant pudique, qui font toucher du doigt le bouleversement d’un monde.

    Je me rends compte également de mon ignorance..je ne connaissais pas le don d’ovocyte.

    Je poursuis ma lecture, en remontant le fil des tes écrits. Et en te souhaitant le meilleur..évidemment.

    J'aime

  6. je lis, et forcément je m’émeus… Tu sais que tu écris drôlement bien ? Difficile de commenter plus avant quand on connait l’auteur, question de pudeur, de proximité. Mais voilà, je vais venir te lire, honorée de la confiance que tu me témoigne. Et quand tu voudras que j’en parle… tu sais où me trouver !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s