Mes copines mères·Mon moral

Jamais content !

Tous vos témoignages me font cogiter ! Surtout aujourd’hui ceux des mères qui sont tombées enceinte comme on enfile une paire de gants, comme j’aime à dire, et qui se demandent comment soutenir les Lily de leur entourage. Franchement, c’est pas facile comme question !

Embarquée dans mes montagnes russes, je peux avoir pour la même phrase banale « et vous, vous en êtes où? », des réactions totalement opposées suivant que je sois en haut ou en bas du looping. En bas, je vais avoir les yeux qui brillent, la voix qui chevrotte et, à la fin de la discussion, je partirai pleurer un bon coup aux toilettes et revenir comme si de rien était. On a beau avoir des problèmes de fertilité, on n’en a pas moins sa dignité ! En haut, je vais répondre calmement et pouvoir enchaîner sur des discussions biberons, couches et éducation des enfants avec mes copines mères avec une sérénité digne des plus grands moines tibétains. Et puis parfois, c’est trompeur, j’ai l’impression d’être au top de ma forme, et hop une petite phrase de travers et je m’enflamme. Et sous traitement hormonal c’est pire ! Bref, je suis comme Souchon dans le temps « Jamais Content ! ». Je voudrais qu’on arrête de me parler de bébés quand on m’en parle tout le temps, et inversement ! En fait, le fond du problème, il est là, je n’ai pas ce que je désire: un enfant !

Si j’avais un conseil, ce serait: restez naturel ! Si vous devez annoncer une grossesse, faites-le comme si la Lily en face de vous n’avait aucun souci, ne vous excusez pas d’avoir des enfants qu’on adore cajoler ou d’être exaspéré par les 400 coups de votre progéniture. Le pire pour moi, c’est de ressentir la gêne qu’on ne voyait pas avant dans le regard des autres, parce qu’immanquablement cette gêne, je la ressens ! Après, moi derrière, j’apprend à m’écouter, à rester dans ma tannière quand j’en ai besoin, à refuser des invitations quand je ne le sens pas ou au contraire à appeler tout mon carnet d’adresses pour raconter mes malheurs ou simplement sortir quand ça me prend. Oh il y a plus d’un raté, je vous rassure. Mais après tout, c’est la vie… On a le droit de se tromper !

Publicités

25 réflexions au sujet de « Jamais content ! »

  1. Plus je me balade sur ton blog et plus je lis d’ancien post plus je me sens enfin « normale ». J’ai parfois l’impression d’être seule sur ma planète, avec mes états d’âme, mes hauts et mes bas, les fameuses « montagnes russes » comme tu dis, cette facheuse manie de ne jamais savoir où on en est, un jour ça va bien, le lendemain une phrase ou une attitude parfois anodine vous plombe le moral. Ca doit être déconcertant pour l’entourage aussi!
    En tous cas c’est bon de savoir que d’autres vivent la même chose, que je ne suis aps complètement givrée!
    Et que d’espoir de voir que parfois il y a une issue heureuse à tout ça!

    Bises et bonne route!

    J'aime

  2. je te rejoins lily, moi aussi je suis toujours sur le quai de la gare…depuis janvier 2007…
    Et depuis, Pierre, Anouck, Antoine, Tristan et Gaspard, Victor, Janelle, Axelle, Damien… et bien d’autres ont vu le jour…. familles et amis s’aggrandissent… pendant que mon mari et moi, on essaie, encore et encore…
    c frustrant, rageant même parfois tout ce bonheur autour de nous ! Rrrrrrr
    Je veux un tgv moi aussi !!!

    J'aime

  3. Moi aussi je suis arrivée sur ton blog via celui de pensée de rondes.
    J’aime beaucoup, certains passage m’ont fait beaucoup rire!

    Je te rejoints aussi sur les réactions difficile à l’annonce de grossesse. Une amie me l’a annoncé mais avec beaucoup de tact et j’étais vraiment heureuse pour elle car elle avait des difficultés elle aussi. Mais au bout d’un mis de traitement ça été bon.
    Par contre une autre, au bout d’un mois d’essai, m’a dit qu’elle était sûrement enceinte car 6 jours de retard et test légèrement positif. Là j’ai eu plus de mal car ça commençait à faire beaucoup (une semaine après l’autre amie). Et surtout qu’en fait c’était une fausse alerte et que du coup elle m’a dit qu’elle comprenait vraiment ce que je ressentais. C’est plus cette dernière remarque qui m’énerve. Car un mois d’essai, un espoir et une déception, ce n’est rien. C’est mon lot depuis 1.5 an, à chaque fois j’y crois et à chaque fois je suis déçue. Mais bon avec le bilan d’infertilité qui est presque fini je devrais entrevoir quelques solutions.

    Bon courage à toi en tout cas.

    J'aime

  4. je suis arrivée ici par le biais de Pensées de ronde.
    j’aime beaucoup ton blog car cela me permet de mieux comprendre certaines de mes amies qui luttent pour avoir un bébé.
    Dernièrement, j’ai discuté avec une de ces amies du fait que ,ça y est ,avec mon conjoint nous avions décidé de nous lancer dans cette aventure et sa réponse m’a laissée …coite :  » si tu tombes enceinte avant moi, je le prendrai super mal même si c’est une bonne nouvelle pour toi »…alors limite depuis j’me demande si j’oserai lui dire le jour ou je serai enceinte si ça marche!) et limite à espérer qu’elle tombe enceinte avant….
    je reste perplexe…

    J'aime

    1. c’est vrai que c’est compliqué mais encore une fois reste naturelle !!
      moi je crois que j’ai développé un sixième sens pour deviner les grossesses de mon entourage (je suis tellement obnubilée, faut dire…). Là je crois bien qu’on me cache deux grossesses et ça me fait enrager !!

      je croise les doigts pour votre projet bébé !!!

      J'aime

      1. merci c’est très gentil, mais je garde les pieds sur terre! mon conjoint a eu un cancer il y a quelques années, donc chimio . il a mis des zozos « de côté » en cas de stérilité et les différents spermogrammes qu’il a fait ne sont pas extrêmement bons… donc il y a des chances que je passe par une insémination ( encore faut il que tout roule chez moi). la nous nen sommes qu’au tout début donc on se laisse quelques mois de tentatives naturelles (après tout , qui ne tente rien…) avant d’entamer les examens complémentaires.

        ca devient de plus en plus compliqué d’être parents finalement!!

        en tout cas, bon courage et surtout bonne chance, je croise les doigts pour toi ( que la force soit avec toi jeune padawan ;))

        J'aime

      2. ah les grossesses de l’entourage !
        marinette, ton amie elle a un problème, c’est sur. ne te laisse pas prendre la tête et reste naturelle, comme le dit si bien Lily.

        Moi non plus, je ne supporterai pas que quelqu’un que j’aime me cache une grossesse.
        je me sentirais trahie, blessée.
        Je veux qu’on me parle normalement, sans devoir réfléchir à « et si je lui dis ça, elle va le prendre comment ? »

        Par contre, il y a quand même manière et manière d’annoncer une grossesse.
        Je n’ai toujours pas digéré celle qui me l’a annoncé le jour de mon anniversaire, dans une conversation téléphonique de 30 secondes à peine.
        Et je pense que j’aurais assez peu apprécié cette annonce même si je n’avais pas de difficultés particulières, même si je n’étais pas en essais »…

        J'aime

  5. je suis arrivée sur ton blog par hasard et je dois bien avouer que c’est une bouffé d’air frais !!! enfin pas seule dans la tourmente mais qui garde un peu d’humour… de légèreté, j’aime beaucoup l’image des montagnes russes !
    Cela fait 3 ans que nous essayons sans succès, on a fait des examens, on a beaucoup rit, parce que toutes façons faut garder espoir, faut garder le moral et que tous les 2 quand on est nerveux on rit !!! donc nous continuons à rire… faut dire aussi que l’on fait de belles gaffes et puis avec les effets secondaires, effectivement cela peut être cocasse… mais ça c’est quand on est tous les 2. heureusement cette année on a déménagé, je dis heureusement car cette année 2009 justement et bien 9 femmes de mon entourages m’ont respectivement annoncé leur grossesse et leur accouchement… (on a compté et recompté) résultat : j’ai mangé comme 4 ! les annonces n’arrêtaient pas, j’en pouvaient plus… et le pire c’est lorsque certaines vous disent qu’elles ont mis du temps à tomber enceinte… juste 4 mois… là j’ai généralement envie de les étriper mais je me retiens 😉 … 2010 on débute une nouvelle aventure : FIV en avant toute, enfin normalement… on y croit, de manière différente à chaque fois certes mais d’une manière ou d’une autre on fondera une famille avec des enfants biologiques ou pas peu importe c’est une expérience rude que l’on vit à deux. En tous cas, je vous/je nous souhaite plein de force et d’espoir pour cette nouvelle année.

    J'aime

    1. Je ne peux que faire le même voeu que toi.

      Moi j’ai arrêté de compter à partir de 10 les grossesses/naissances de mon entourage en 2009. De ce côté-là, 2010 devrait être plus tranquille.

      J'aime

  6. Je vais peut-être mettre les pieds dans le plat, mais c’est vraiment pour la bonne cause. . Suis arrivée ici par Caro, ai réfléchi longuement avant de mettre ce message. J’ai eu (très rapidement ) un enfant dans mon ventre après quelques semaines de mariage, grossesse à haut risque , une chance sur 24 d’avoir un enfant crétin profond et une chance sur 18 d’y laisser ma peau. Conclusion :une fois mais pas deux. Tom naît, beau et en bonne santé. Dès la sortie de la maternité, on dépose un dossier pour une adoption et oui deux ans plus tard, bingo une fille Hannah, 3 mois origine Viet Nam. Deux mois plus tard on remet le couvert et encore un dossier, et re bingo (mais pour une fois un peu plus longtemps après), 4 ans, un troisième bébé Isaac, origine Guatemala.
    Bilan today , suis la plus happy des mamans, comme nous toutes ici.Il a fallu que papa et moi on s’adapte. Et puis qu’on fonce, et qu’on ne regarde pas trop en arrière. Pas de temps pour les regrets et les remords. Seulement 3 enfants en bonne santé. Tout cela pour témoigner ici d’une seule chose : que les bébés soient home made ou pas, le sentiment de devenir maman est exactement pareil. Voilou j’ai délivré ici ce que j’avais à dire et de résumer en quelques lignes les cadeaux que la vie m’a faits.

    J'aime

    1. Kath, tu as bien fait de laisser ton témoignage. Je ne voudrais pas qu’on se méprenne, je ne suis pas du tout anti-adoption. Nous l’envisageons évidemment mais pour le moment, nous n’en sommes pas encore arrivés à ce stade. Je m’explique. L’infertilité oblige à revoir ses plans, comme tu dis, et engage un processus intérieur complexe. Moi j’ai déjà renoncé à cette illusion de notre temps d’avoir « un bébé quand je veux » mais j’ai encore du mal à renoncer à porter un bébé. Très égoistement, je le reconnais, j’ai envie de sentir un petit être bouger en moi et voir mon ventre s’arrondir. Je dis très égoistement parce que ça n’a rien à voir avec le fait de se sentir mère ensuite. Pour moi, une maman n’est pas celle qui enfant mais celle qui se lève la nuit quand son enfant pleure, celle qui prend soin au quotidien de sa progéniture, home made ou pas. Je te rejoins complètement sur ce point. Ca me donne envie d’écrire un billet d’ailleurs.

      J'aime

  7. Bonjour à toutes,

    J’ai découvert ton blog grâce à Caro et j’en suis très contente. Pour situer le contexte, je n’ai pas eu de problème pour tomber enceinte et je suis depuis 3 semaines maman.

    Mais, je me suis rendue compte durant cette grossesse que j’étais entourée de copines qui avaient des problèmes pour tomber enceinte et qui ne m’en avait jamais parlé. Du coup, je me suis vraiment remise en question sur la manière dont je pouvais les aider. Faut-il leur parler de notre fille ou non, comment aborder le sujet si elles souhaitent en parler…

    Je me rends compte qu’il n’y a pas vraiment de réponse et que tout dépendait de la copine que j’avais en face de moi…

    Bref, ce long commentaire pour vous dire à toutes que je vous dis « M*** » et que même si on n’a pas vécu ça, on peut tout de même comprendre ou au moins écouter et tenter d’aider… Merci pour ton blog qui m’aide à mieux comprendre ce que vous pouvez ressentir…

    J'aime

    1. Merci Fab’, je suis ravie que des femmes qui n’ont eu aucun souci à faire des bébés passent par ici et apprécient. Ce blog n’a aucune volonté d’être sectaire, bien au contraire.

      biz à toutes

      une Lily coincée au fond de son lit à cause d’une gastro

      J'aime

  8. Je viens de découvrir ton blog via Caroline. Et je te comprends, ces annonces de grossesse, c’était l’horreur pour moi, des journées à pleurer.
    Je suis maman de 3 petits nés en novembre 2003, septembre 2005 et juin 2007 mais je suis aussi …
    Une fille dont la maman a pris du distilbène. Mais ça je ne le savais pas. J’ai fais une fausse couche en aout 2000, puis une deuxième en mai 2001 et une troisième en janvier 2002. Aucun problème pour être enceinte, mais à 4 mois de grossesse, tout était fini. La faute à mon utérus, qu’un gynéco spécialisé dans l’infertilité a tenté, et réussi a refaire après 2 opérations dont une très lourde. Puis on a commencé les IA, à la 2ème j’étais enceinte. Et ma fille est arrivée fin 2003. Plus de contraception chez nous, et les bébés se sont enchainés… les années de galère sont derrière mais je reste très sensible à ce que les autres vivent. On n’oublie pas, ce n’est pas vrai c’est toujours dans un coin de notre coeur. Courage

    J'aime

  9. Bonjour,

    Je comprends très bien tout ça moi aussi, ca fait bientot neuf mois que les traitements s’enchainent, et les échecs aussi…
    J’ai du en parler au boulot, contre mon gré, mais mon chef prenait mon attitude parfois soucieuse pour autre chose que des ennuis de ce genre.
    J’essaie de ne pas etre aigrie face au bonheur « facile » des autres, mais c’est pas facile tous les jours…
    Ce que je trouve particulièrement dur, c’est de ne pas savoir si ça marchera un jour, même si c’est long… Si on me disait que ce serait long mais que ça marcherait à coup sur je signerai tout de suite!! Mais là, on fait quand meme pas mal de sacrifices, sans même savoir si ça aboutira…

    Bon courage à toutes

    Etoile

    J'aime

  10. @Lily aussi, je rêve !

    De toutes façons, beaucoup de gens fonctionnent comme ça. Tu es en couple depuis un petit moment ? Tu as un certain âge ? Mais tu DOIS faire un enfant ! Tu n’y arrives pas ? Tu n’en as pas envie ? Ah désolé, tu ne rentres pas dans les cases ! C’est juste exaspérant !

    J'aime

  11. Tu as mille fois raison je crois, Lily. Il faut rester naturel. C’est le mieux.

    Je dois admettre que chaque grossesse annoncée est pour moi comme un coup de poignard (oui je sais, je ne suis pas capable de beaucoup de détachement, mais j’assume mon ressenti même si je me raisonne) mais c’est juste que la vie (truie – comme dirait Caroline) a décidé de nous coller un boulet à nous.

    Les autres n’y sont pour rien, ils ne vont pas s’arrêter de vivre parce que nous on est obligés de mettre certaines choses entre parenthèse pour se rendre disponibles pour les tentatives, FIV et autre IAC et que ça prend toujours trop de temps…

    Par contre ce que je trouve assez insupportable, c’est quand on nous demande « alors, quand est-ce que vous vous y mettez » (Là j’ai envie de ruer dans les brancards et d’être désagréable).

    Bien sûr je n’en parle pas à tout bout de champ (sauf sur Internet où je me lâche un peu, du coup) et je dois par là « assumer » certaines douleurs que me causent les réflexions de mes proches qui ignorent la véritable situation, mais je crois que je suis plus tranquille comme ça.

    A « lily aussi » je ne sais pas mais je trouve qu’une fois que tu es dans le truc, c’est un peu lourd, ça demande de l’organisation mais c’est mille fois mieux que d’attendre que ça commence (c’est comme ça que je le vis).

    J’ai été surprise aussi de constater que je supportais plutôt bien le traitement. Mon homme me faisait les piqûres « seringue » (la première a donné lieu à une mémorable crise de fou rire – comme quoi…) et pour le stylo, je me faisais les injections moi même (plus souple pour les horaires)

    J'aime

    1. Moi si je raconte pas, j’éclate !! Mais chacun sa façon de le vivre, hein !
      Et puis au boulot, personne n’est au courant. Faut pas déconner quand même ! Alors les « c’est quand que vous vous y mettez ? », j’y ai droit aussi ! Et à chaque fois, c’est comme un poignard dans le coeur aussi !

      J'aime

      1. Moi non plus, personne ne sait au boulot. Cet aprem, je me sentais pas bien, j’ai dit « je dois couver qqch » et mon collègue de 25 ans, père de 2 enfants m’a dit « ah bon, tu couves quoi ? Un oeuf ? un bébé ? ». J’ai dû serrer les dents et aller chercher je sais pas où les ressources pour (pas pleurer et) répondre calmement « plutôt une grippe A ou une angine… »

        J'aime

  12. Je devrais être enceinte de 6 mois…. Ma FIV devait avoir lieu début Juin mais le cancer a pointé le bout de son nez. Tout a été annulé.
    Mon moral allait bien jusqu’il y a peu. Là, je suis dans la phase « et merde!!!! Donnez moi cet enfant que je veux tant!!! »
    Ce n’est plus le moment des FIV. J’ai du avancer, faire de nouveaux projets. On verra l’été prochain. Dire ça, me fait mal. C’est comme programmer l’achat d’une voiture « on verra dans quelques mois ».
    Oui j’ai la chance d’avoir déjà un enfant. La douleur n’en est pas moins importante.
    Je te souhaite bon courage 🙂

    J'aime

  13. Salut, je viens de découvrir ton blog par celui de Caro. Je vais probablement commencer les traitements pour une FIV en janvier. Je ne sais pas quel conseil je peux donner aux autres mamans, je ne sais pas moi même ce que je veux ! Je suis toujours en train de lire les blogs des filles qui tombent enceintes illico presto mais je viens de supprimer le lien d’un blog que je lis fréquemment depuis presque 1 an parce qu’elle y a mis des photos de son echo. Et je peux même pas expliquer pourquoi ça !

    J'aime

    1. Ca c’est sûr ! On ne sait pas ce qu’on veut !!

      En même temps quand une copine dont je n’avais pas de nouvelles depuis longtemps me dit « je voulais pas t’embêter avec mes problèmes avec mes enfants », ça m’agace prodigieusement. Bref…

      Bon courage pour les traitements en janvier. Ce n’est pas une partie de plaisir. Moi, je m’inquiétais beaucoup des effets secondaires et franchement j’ai bien supporté. Après chaque femme est unique… Courage en tout cas… le jeu en vaut la chandelle !

      J'aime

  14. Je comprends bien dans quels états tu peux être. Moi-même après seulement 3 mois d’essais (dont un concluant mais soldé d’une fausse couche), j’en viens à me surprendre aigrie quand j’entends parler d’une naissance ou d’une grossesse. Je n’imagine pas comment je me comporterai si ça devait durer…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s