Mes idées

Désirs d’enfants

Petite, je me projetais avec deux enfants. Une fille et un garçon. Les années ont passé et ce désir d’enfant ne s’est pas concrétisé très vite. Le jour de notre mariage (j’avais alors 28 ans), beaucoup de nos invités se sont fendus des traditionnelles remarques: « bientôt le bébé maintenant », « faites-nous de beaux enfants »… Nous avons pris tous ces commentaires avec beaucoup de détachement. Nous avions encore envie d’en profiter à deux et la grande aventure des enfants attendrait un peu. A cette époque, je serai tombée sur un blog comme celui-ci, je ne crois pas que j’aurais pu comprendre ce qui se jouait. Pourtant, dès l’automne suivant, le désir d’enfant m’est littéralement tombé dessus.

Je m’en souviens très bien. C’était en octobre-novembre, il faisait nuit, je sortais de la pisicine, ma casquette sur la tête, je rentrais chez moi, l’esprit vagabond. Lors de mes cogitations, je me suis bêtement rendue compte qu’il fallait neuf mois pour faire un bébé et, un peu plus, pour tomber enceinte. Et je me suis dit que dans un an, un an et demi, je me voyais bien maman. Une véritable révélation !!! J’en ai parlé à mon homme qui s’est laissé facilement convaincre. Après… Après, les aléas de la vie, les opportunités de boulot en l’occurence, ont retardé de quelques mois nos projets. Mais, depuis ce jour, le désir d’enfant ne m’a plus quitté…

Ce jou-là, c’était il y a plus de trois ans et je n’avais pas envisagé le moins du monde que nous pourrions mettre du temps à faire un enfant, que nous pourrions avoir des soucis. Je prenais la pilule et dès que je l’arrêterais, je tomberais enceinte. C’était une évidence.

J’étais dans cette illusion de notre temps d’ « un bébé quand je veux ». Avec mon infertilité, il nous a bien fallu revoir nos projets. Et pourtant, nous n’abandonnons pas l’idée d’avoir deux enfants. Une fille et un garçon (bon pour le sexe, on ne sera pas très regardant, quand même !!)

Je me doute, en revanche, que vivre deux grossesses serait un exploit à marquer dans les annales médicales. Je n’y renonce pas tout à fait mais je me prends parfois à rêver d’avoir des jumeaux. Deux cadeaux d’un coup ! Le pied ! Je ne suis pas sûre en tout cas de vouloir me lancer dans le même parcours du combattant PMA deux fois de suite.

Alors, j’imagine aussi un autre scénario: un bébé porté (pas très joli comme expression mais je veux dire un bébé dans mon ventre qu’il soit 100% naturel, par FIV ou par don d’ovocytes) et un bébé adopté. Comme je le disais à Kath de Belgique en réponse à l’un de ses commentaires, je ne suis pas du tout anti-adoption mais j’ai du mal, pour le moment, à renoncer à l’expérience de la grossesse. J’ai envie de voir mon ventre s’arrondir et de sentir l’être en devenir bouger à l’intérieur de moi. Une expérience très égoiste, j’en conviens, car la maternité se construit jour après jour, j’en suis persuadée, que l’enfant soit biologique ou non. Quant à l’enfant adopté, ce serait notre cerise sur le gâteau, notre bouquet final. Avec l’envie derrière de fonder une famille « united colors of benetton ».

Voilà où j’en suis. L’infertilité conduit à un parcours intérieur souvent bien tortueux où chacun apporte sa réponse. C’est la mienne aujourd’hui, la notre devrais-je dire. Je ne sais pas si elle se concrétisera. Ce que je sais, c’est que tous les chemins, toutes les réponses sont respectables… car ils sont motivés par un grand amour.

PS: joyeuses fêtes ! Ah si le Père-Noël pouvait nous apporter des petites graines pour faire pousser les bébés !!!! 😉

17 réflexions au sujet de « Désirs d’enfants »

  1. Je découvre ton blog et je te remercie.
    Cet article date d’il y a bien longtemps mais juste un petit message pour te dire que tu as bien fait de ne pas baisser les bras 🙂 Tu as aujourd’hui la famille dont tu rêvais « un gars, une fille » 🙂
    Bravo !
    Je n’en suis qu’au tt début de ce long parcours qu’est la pma : 17 mois d’essai, OPK sévère, je sors aujourd’hui d’une hystero et (ouf) tout va bien … alors, je peux espérer … Rv la semaine prochaine avec ma gyneco pour connaître la suite des « réjouissances »

    Belle vie à toi et tes 3 amours (adulte et bébés) 🙂

    J’aime

  2. je viens un peu par hasard sur le site et j’ai lu votre grande discussion sur la maternité, l’adoption…etc.
    j’ai traversé les mêmes désirs, les mêmes peines que vous. les obstacles sont longs et pénibles: les attentes de résultats…

    Une seule chose a été un plaisir à vivre: et cela a commencé le jour où nous avons fait le souhait d’adopter 2 enfants. c’est long mais chaque jour on s’approche.
    et le jour où vous tenez vos petite jumeaux dans vos bras, je peux vous dire que toutes les peines s’envolent. c’est magique

    je vous souhaite à toutes beaucoup de bonheur (car vous le trouverez dans une voie ou dans une autre).

    Biz

    J’aime

  3. Je me joins a vous, plus de 4 ans pour tomber enceinte, un bebe de reve , voulu, desire, une merveilleuse petite fille…………fait avec une personne d’une nationalite differente de la mienne, et me voila 7 ans plus tard, battue et mon mari a garde ma fille, je ne sais ce qui est finalement le plus difficile, etre separee de ma fille, ou avoir suivi le parcours du combattant pour l’avoir………..
    Courage a vous toutes, un bebe c’est magique ……….et ce bebe vous l’aurez tot ou tard…………..

    J’aime

  4. Je reviens de quelques jours dans ma belle-famille, loin de toute connexion internet.

    Merci, merci, merci pour vos messages. Ils me vont tous droit au coeur. Ce qui me fait le plus plaisir c’est que des LIlys, des anciennes Lily, des mères qui ont eu des enfants facilement et même des femmes qui ne veulent pas d’enfant se retrouvent ici. Ca fait du bien, vraiment.

    Un merci tout particulier à celles qui sont passées par des parcours difficiles (PMA ou démarches pour adopter) et sont maintenant mamans. Merci de prendre le temps de raconter vos histoires. Je me sens portée par chacune d’entre elles. Il ne faut pas perdre espoir, la vie est au bout du chemin.

    J’aime

  5. Bonsoir Lily,

    Que dire sinon que je passe par exactement les mêmes réflexions, notamment sur la maternité qui se contstruit jour après jours…

    L’adoption là tout de suite on n’est pas prêts du tout. Ni l’un, ni l’autre. Il nous reste encore 1TEC et 3 FIV et après on verra.

    L’adoption…

    J’aurais bien mis mon poing dans la figure d’une amie (maman d’un jeune enfant de surcroît) qui très peu de temps après que nous ayons appris notre hypofertilité (très politically correct, l’hypofertilité hein) m’a dit sans pincettes (et soutenu lorsque j’ai exprimé mon désaccord): « mais pourquoi t’adoptes pas? c’est pareil! » (Et ce genre de réflexion j’y ai presque autant eu droit que « c’est dans la tête »).

    Or non, c’est pas pareil. Pas tant qu’on n’a pas fait le deuil du bébé qu’on porte.

    Il est déjà tellement long et difficile de faire le deuil du bébé « naturel » (je ne suis pas certaine d’y être encore, d’ailleurs, on entend tellement de choses…) et de se mettre dans le crâne qu’il va falloir s’injecter quotidiennement des hormones, se faire ponctionner des ovocytes avec une seringue etc. pour espérer y arriver, sans garantie de réussite au bout… alors l’adoption, à moins d’avoir intégré ça dans son projet de vie hors considérations de grossesse naturelle, c’est loin d’être une évidence pour tout le monde.

    On s’interrogeait précédemment sur la manière d’apporter son soutien à des proches qui ont entammé un parcours PMA, ce que je voudrais ajouter c’est que les rouages psychologiques d’une telle démarche sont lents et subtils et ce n’est pas très adroit de balancer des solutions toutes faites pour essayer de repousser cette réalité très loin de soi parce qu’elle est gênante (vu certaines réactions c’est comme ça que je l’interpète).

    Impossible de brûler les étapes.

    C’est pas comme ça que ça se passe.

    Il n’y a pas de vérité et chaque chemin est différent, tout comme chaque couple est différent. Il vaut mieux laisser chacun trouver ses propres réponses.

    Je pense que la démarche d’adoption est une grossesse encore plus longue et délicate (et je ne parle pas ici du temps qu’il faut pour parvenir à adopter un enfant – des amis sont en plein dedans et c’est terriblement long, ni de l’argent qu’il faut avoir) qu’une grossesse physique et je crois qu’il faut vraiment être prêt dans sa tête.

    C’est un choix qui ne se fait pas à la légère.

    Bien sûr je n’exprime ici que mon opinion et mon ressenti je ne veux choquer ni attrister personne. C’est simplement mon témoignage 🙂

    Lily et toutes les Lily (et tout le monde), je vous souhaite de belles fêtes et que l’an nouveau vous apporte ce que votre coeur désire.

    J’aime

    1. Je suis évidemment terriblement attristée par ce genre de message. Je venais gentillement à Lily pour lui souhaiter beaucoup de courage, et lui dire que – d’après ma seule petite expérience – qu’avoir un petit bébé dans le ventre et un petit bébé dans l’avion, c’est pareil (pour moi , mon mari et les enfants, je repète)
      Jamais je ne me serais permise de juger autrui, c »était juste un petit mot dans le genre « allez-courage »,.
      Mais Lirn, je n’ai plus rien à faire ici sur base de remarques aussi douloureuses que celles que tu poses par rapport à l’adoption. Pas pour moi, je suis blindée, mais par pur respect pour mes enfants. Pour qui forcément, c’est tout à fait la même chose !
      Lily, peace and take care

      J’aime

      1. Que vous dire… Je crois que vos opinions ne sont pas si éloignées finalement. Vous n’en êtes pas au même stade de votre vie, voilà tout.

        Je suis d’accord avec toi Lirn quand tu dis que nos parcours se font par étape et entraînent des « rouages psychologiques lents et subtils ». Il faut d’abord se rendre compte qu’on a des problèmes de fertilité, puis les accepter puis trouver la réponse qui nous correspond, si cette réponse ne marche pas en essayer une autre et peut-être encore une autre. Avec à chaque étape l’espoir qu’on arrive enfin à nos fins. On est en perpétuel adaptation.

        Après je suis d’accord avec Kath. Je le redis. La maternité n’a rien à voir avec le biologique. Elle se construit jour après jour.

        Mais je ne voudrais pas qu’on oppose PMA et adoption. Ce sont les deux versants d’une même médaille, celle de l’infertilité. Mieux vaut se serrer les coudes, quelle que soit la voie choisie.

        J’aime

      2. Kath,
        Désolée, je ne souhaitais pas être choquante et (très égoïstement) je ne voulais même pas répondre à ton message mais rebondir sur celui de Lily.
        Je dis seulement que tout est long, très long, souvent douloureux, que les choses ne vont pas toujours de soi, que je crois que chaque parcours est unique et que par là il est parfois difficile de « subir » les réflexions à l’emporte pièce.
        L’adoption est une très belle chose, j’ai des amis qui ont franchi ce pas très tôt parce qu’ils n’avaient pas le choix et je les soutiens comme ils me soutiennent (ils attendent encore) et les respecte sincèrement. Mais nous ne le ferons que si nous nous y sentons prêts et ce n’est pas le cas.
        Lily a raison, tu as certainement beaucoup plus de maturité que moi actuellement vis à vis de l’adoption.
        Si je t’ai blessée c’est involontaire (et je me rends bien compte que même si je fais attention à respecter ceux avec qui je parle, il peut m’arriver d’être maladroite) et j’espère que tu reliras mon commentaire en ne le prenant que pour ce qu’il est, à savoir un témoignage parmi d’autres et rien que ça.
        Lirn

        J’aime

  6. Bon – je fais la super grande maman comblée là tout de suite – mais je me souviens de nombreux Noël pleins d’espoir pour un enfant et puis l’autre et puis le troisième, … je sais que ce ne sont que deux fichus jours sur le calendrier mais je me souviens combien ils sont lourds de sens pour tous ceux et toutes celles qui attendent. Je suis avec toi de tout coeur Lily et suis contente que tu aies bien accueilli mon message de maman adoptante.

    J’aime

  7. Salut Lily,

    Une fois encore, on se ressemble ! Je n’aurais jamais imaginé moi non que ça puisse être si long et si douloureux d’avoir un bébé. Et à mon avis, (sans critiquer ! ) les personnes qui ne l’ont pas vécu ne peuvent pas comprendre même avec toute l’empathie du monde !

    Pour l’adoption, j’ai changé d’avis depuis qu’on a tous ces problèmes. Je me disais pourquoi pas et maintenant, je me dis que c’est hors de question. Peut-être que la peur de ne jamais réussir à avoir un enfant biologique fait se rapprocher l’idée d’adopter et que c’est pour ça que je la rejette… Et en plus, c’est tellement dur administrativement parlant ! Et je parle même pas du chemin à faire soi-même…

    Je te souhaite un Joyeux noël Lily !

    J’aime

  8. Bonjour Lily,
    J’ai le meme age que toi et le meme parcours, fausse-couche puis PMA, de mauvaises nouvelles en mauvaises nouvelles, le taux de FSH trop eleve, le peu de resultats des stimulations.
    J’ai pense au don d’ovocyte, qui est ici tres cher (je vis en Angleterre – a peu pres £5,000) mais les delais peuvent etre tres courts si tu as une copine / soeur (le don entre soeur est impossible en France, mais possible ici ou ils disent que les resultats sont meilleurs) qui est prete a faire ce geste pour toi.
    J’ai abandonne ma demarche parce qu’une tentative de FIV marche pour le moment (en protocole court a 375iu, sans blocage pour que la stimulation ait plus d’effet). Je n’ose pas encore me rejouir parce que je n’ai pas passe les 11 semaines de ma derniere fausse-couche, mais c’est un debut de miracle.
    Et donc oui, en insuffisance ovarienne avec un fort taux de FSH et des premiers resultats qui semblaient desastreux, il y a encore de l’espoir.
    Le coup du cousin gyneco c’est une chance: c’est triste a dire mais il vaut mieux ne jamais etre une anonyme dans le milieu medical. Si tu es connue, on s’occupera mieux de toi.
    Bisous et je te souhaite pleins de bonnes nouvelles pour la nouvelle annee.

    J’aime

  9. Bonjour, c’est la première fois que j’ose commenter.
    Sentir la vie en soi est fantastique, c’est certain. Mais tu sais de quoi ton enfant se souviendra, lui? De rien. Absolument rien. Alors bébé FIV, porté, adopté, ou bébé couette… au final seul comptera l’extraordinaire amour que toi et ton mari allez leur offrir… Bonne chance à vous 2, quoi qu’il arrive ce sera l’amour inconditionnel et indescriptible au bout du chemin, qu’importe la manière…

    J’aime

  10. Je vote pour les graines du père noel…
    En attendant, c’est clair que nous devons affronter un chemin bien plus difficile que celui imaginé le jour de notre mariage…
    Souhaitons qu’on sortent vite de l’ornière et que l’on rejoignent la tribu des jeunes mamans.

    J’aime

  11. Hello Lily,

    je ne fais pas partie de celles qui veulent des enfants, et souvent ma position semble égoïste aussi..ce qui ne m’empêche pas d’être touchée par le parcours de toutes celles qui voudraient..mais rencontrent des difficultés.

    Sans amoindrir j’espère ton courage et le combat que tu mènes, je trouves réconfortant que tant de témoignages montrent que oui, c’est possible..en te souhaitant pour cette nouvelle année que tes vœux soient exaucés..

    Solange

    J’aime

    1. Merci Solange !

      Parfois, tu sais, je préférerais ne pas vouloir d’enfant. Je n’aurais pas à affronter tout ça, tout ce chamboulement intérieur. Mais voilà… je n’y peux rien, j’ai envie d’avoir des marmots qui me réveillent la nuit…

      Belle année à toi (et f… à tous ceux qui te font des commentaires désobligeants. Les choix de chacun ne se discutent pas !)

      J’aime

  12. Bonjour Lily.

    Je suis arrivée sur ton blog via celui de Caroline.
    J’ai lu tous tes articles…Et je me revois 6 ans en arrière… j’aurais -presque parce que on est toutes différentes et nos histoires aussi du coup- mais j’aurai presque pu écrire les mêmes mots.
    Malgré tout, dans mon « malheur » je ne suis pas passé par la case FIV…un « miracle » selon mon médecin, parce que tous les rdv étaient pris, les analyses faites…mais je n’ai pas eu à aller à ce rdv, la semaine précédente je découvrais que j’étais enceinte… des jumeaux fille/garçon.
    Une petite fée est venue compléter la fratrie…et je me laisse à rêver à un 4ème…
    bon tout ça pour dire que tu fais partie de ces personnes que je ne connais pas mais pour qui j’ai énormément de pensées, Lire les expériences de chacune doit parfois être douloureux, je l’admets, mais c’est aussi une vision que OUI c’est possible, et que Oui, pourquoi pas, le Père Noël aura cette générosité cette année.
    En tous cas, vraiment de tout mon coeur, je te le souhaite, je vous le souhaite.
    Joyeux Noël.
    Christelle

    J’aime

  13. Lily,

    mon parcours ressemble au tien, fausses couches, FIV ratées, analyse etc. Je pense du reste que dans mon cas c’est l’analyse qui aura été la plus efficace… Tiens bon. Je sais oh combien comment c’est dur, comment cette succession d’espoirs et de désespoirs peut être usante. Mais le jour où tu auras ton bébé – parce que tu l’auras, de cela tu ne dois pas douter une seule seconde – , tu oublieras tout et tu pourras t’émerveiller de la joie infinie d’être mère. Il m’a fallu attendre 6 ans pour devenir maman, mais j’ai maintenant deux petites filles et c’est plus merveilleux encore que tu peux l’imaginer. Alors, moi aussi je te souhaite un très joyeux Noël avec plein de petites graines fertiles, et surtout ne baisse jamais les bras – tu seras toi aussi une maman.

    Je t’embrasse

    Géraldine

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s