et surtout des brouettes

Demain dès l’aube

A l’aube de mes 29 ans, je me sens prête, nous nous sentons prêts, j’arrête la pilule pour plonger dans le grand bain de la procréation.

A l’aube de mes 30 ans, une opportunité de boulot est passée par là et a remis nos projets bébé à un peu plus tard. Mais cette fois-ci, c’est bon, nous nous lançons vraiment.

A l’aube de mes 31 ans, une fausse couche a freiné brutalement notre enthousiasme. Un bilan de fertilité est engagé.

A l’aube de mes 32 ans, il n’y a plus de doute, j’ai des soucis pour faire des bébés. Grand ponte nous jette de son programme après une première tentative de FIV avortée. J’ai un rendez-vous dans quelques semaines avec un certain Number two.

A l’aube de mes 33 ans (dans quelques jours), nous ne perdons pas espoir, malgré une deuxième fausse couche bien injuste. Nous attendons les résultats des derniers examens complémentaires avant de nous lancer à nouveau dans les aventures de la procréation médicale assistée.

Finalement, l’aube revient toujours, et l’espoir aussi. L’espoir d’écrire un jour :

A l’aube de mes tuit ans, je suis maman.

 

Publicités

7 réflexions au sujet de « Demain dès l’aube »

  1. J’espère aussi devenir maman l’année de mes 34 ans … cet après midi, je saurais si ce soir je commence la stim FIV, parce que même avec une infertilité inexpliquée, l’horloge biologique ne nous fait pas de cadeaux …

    J'aime

  2. J’admire (c’est nul c’est pas le mot que je veux, j’adore, c’est pas ça non plus, je déguste peut-être…bref!) ton espoir qui ne flanche jamais, ton optimisme, je viens souvent m’y ressourcer.
    Moi aussi je veux y croire, on les aura, nos gosses! nos familles.

    J'aime

  3. N’habitant pas en France, je suis étonnée de constater à quel point les consultations d’infertilité commencent tôt chez vous. Dans votre cas, c’est une chance puisqu’il y a manifestement un véritable problème « biologique ». Mais peut-être que dans d’autres cirsconstances, on précipite un peu trop les choses, non ? Le parcours est long, douloureux et occupe la tête, ne serait-il pas préférable d’avoir un peu de patience et de laisser faire la nature ? (je ne parle pas pour vous, encore une fois). J’ai moi-même eu des craintes quant à ma fertilité, après deux ans d’essais j’ai subi plein d’examens, parlé une fois avec un spécialiste, puis les choses se sont décantées et notre fils a maintenant 3 ans ! J’ajoute que je l’ai eu à 37 ans.
    J’espère de tout coeur que vous aurez un jour la chance d’être maman et je me souhaite de l’être à nouveau (même si la seconde fois est aussi « problématique » que la première!)

    J'aime

    1. dans mon cas, avant la première fausse couche, des courbes de température avaient déjà montré quelques anomalies, c’est la raison pour laquelle le bilan de fertilité a été déclenché si tôt. Et c’est vrai que c’est une chance car nous vivons une vraie course contre la montre.
      Je crois que tout dépend des médecins en fait. Ma gynéco « de ville » est très précautionneuse.
      bizzz

      J'aime

  4. Tu as tout à fait raison… un jour après l’aube viendra le jour… d’une manière ou d’une autre
    Et moi à l’aube de mes 40 ans j’ai décidé, enfin nous avons décidé, de nous redonner une chance d’avoir un bébé biologique en alliant FIV et ostéopathie! Notre petit garçon de 3 ans a urgemment besoin d’un petit frère ou d’une petite soeur 😉
    Je souhaite que 2011 soit une très bonne année pour nous autres « Fiveuses »!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s