et surtout des brouettes

Dans la salle d’attente

Je croise rarement d’autres couples infertiles lors de mes rendez-vous médicaux. Je me souviens tout de même encore avec beaucoup d’émotions du rendez-vous pour le transfert lors de la première tentative de FIV. Nous étions quatre ou cinq couples à attendre patiemment le transfert de nos embryons. Rien ne laissait penser que nous vivions tous un jour exceptionnel. Pourtant je ne doute pas qu’à l’intérieur de chacun d’entre nous bouillonnait une joie intense. Nous ne nous sommes pourtant pas adressés la parole, à peine un sourire. La pudeur sans doute.

En temps normal aussi, les échanges sont rares. Number two consulte dans un cabinet privé. Quand nous arrivons pour le rendez-vous, le précédent couple est déjà entré dans le bureau du gynéco et nous sommes seuls dans la salle d’attente. Il arrive quelquefois que Number two ait un peu de retard et qu’une femme ou un couple (je n’ai encore jamais vu d’homme seul !) attende avec nous. A chaque fois, je me dis que je pourrais engager la conversation. Je me plains tellement de ne pas pouvoir échanger sur la PMA ailleurs que dans la blogosphère…

Mais à ce moment-là, je m’en sens bien incapable. Au contraire, je m’enfonce dans le canapé douillet et me plonge aussi profondément que possible dans la lecture d’un magazine féminin. Je me sens gênée. Gênée d’être là. Gênée que des inconnus sachent un pan fondamental de mon intimité : mon infertilité. Pourtant si ces femmes et ces couples sont là aussi, c’est que nous partageons les mêmes problèmes, les mêmes espoirs.  Je devrais pouvoir aller vers eux. Mais non… Ce n’est ni le lieu, ni le moment sans doute. Dans la salle d’attente, on se retrouve chacun(e) face à son désir de bébé. Un moment de solitude partagée.

Publicités

10 réflexions au sujet de « Dans la salle d’attente »

  1. J’ai eu les mêmes doutes, les mêmes envies, dans la salle d’attente de GFM. Surtout qu’il était très bien organisé: les infertiles le matin, les gros ventres l’après-midi.
    Il est plus facile de se livrer derrière un écran qu’en face à face. Et ça m’a tellement aidé de partager sur la toile mes angoisses et mes déceptions. Pourquoi ne pas partager avec des « vrais gens »?
    On devrait instaurer un code de conduite: qui accepte les contacts va aux rdv PMA avec des chaussettes vertes.

    J'aime

  2. Dans mon centre PMA la salle d’attente est commune avec la maternité. Du coup quand je croise des couples, je ne sais pas forcément s’ils attendent pour la PMA ou un suivi de grossesse (sauf si ventre apparent). Du coup je n’ai jamais été tentée d’aller taper le bout de gras avec eux.

    J'aime

    1. Ouah une salle d’attente commune avec la maternité, mais c’est pas une salle d’attente, c’est une salle des tortures… Franchement je trouve que c un manque de tact.

      J'aime

  3. C’est toujours difficile d’engager la conversation car la personne face à toi est au moins aussi genée… Les seuls moments d’échanges furent au moment des prises de sang quand j’allais dans mon centre PMA… Là, les conversations étaient plus faciles car nous étions une dizaine à braver l’attente…

    J'aime

  4. Tu décris très bien ces moments d’attentes avec des couples tout comme nous !
    Tu aimerais leur parler mais je ne suis pas sûre qu’eux aimeraient, d’où la blogosphère 😉
    Je croise pour que ton transfert donne un beau POSITIF

    J'aime

  5. Salut Lily,

    peux-tu me donner en message privé le nom de ton Number Two qui a l’air vraiment très bien. Je désespère du corps médical que j’ai rencontré jusqu’à maintenant et j’aimerais me laisser une nouvelle chance. Nous avons, je crois, un peu les mêmes problèmes d’infertilité et te lire me redonne espoir. L’union fait la force et se soutenir les unes les autres aide à surmonter les épreuves.
    Bises et vivement la suite !
    Jeanne

    J'aime

    1. Chère Jeanne,

      Je suis vraiment embêtée pour te répondre. Tu n’es pas la première à me demander le numéro de Number two et chaque demande me plonge dans le même embarras.

      Number two comme Grand Ponte d’ailleurs m’ont été conseillée par ma gynéco de ville qui les connaît de longue date. Elle a rédigé des lettres de recommandation pour que je puisse obtenir le premier rendez-vous. L’un et l’autre ne fonctionnent que sur ce système. (Avant Number two, j’avais d’ailleurs essayé un autre hôpital sans recommandation, je n’ai jamais pu obtenir de rendez-vous…). Je ne saurais que trop te conseiller d’aller revoir ton/ta gynéco de ville pour lui demander d’autres noms, d’autres pistes. Peut-être peux-tu voir avec l’association Maia aussi…

      Tu seras sûrement déçue de ma réponse, peut-être en colère aussi mais je ne peux faire plus. J’écris ce blog pour raconter mon expérience, la partager avec vous mais j’ai toujours insisté sur un point (un point qui m’a fait fuir les forums médicaux) : chaque cas est unique. Aujourd’hui, j’ai tendance à idéaliser Number two car nous avons bâti, je crois, une relation de confiance. Lors du premier rdv (quand il m’a demandé de perdre 10 kilos), j’ai en revanche failli prendre mes jambes à mon coup et ne jamais le rappeler…

      Je te souhaite de réussir dans ton entreprise et suis toujours dispo pour un conseil ou un avis, dans la mesure de mes moyens (d’ailleurs je vais répondre de ce pas à ton précédent mail sur les piqûres).

      Je t’embrasse.

      Lily

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s