et surtout des brouettes

En sucre

Après chaque transfert, j’ai eu la même envie. Être mise sous cloche. Pour quinze jours ou plus si affinités.  J’ai l’impression que tout peut nuire à l’accroche de mes p’tits loups : marcher dans la rue, attraper la boîte de petits pois tout en haut de l’étagère, et même respirer…  J’ai la sensation d’être en sucre… fragile.

A l’heure où les femmes « normales » ne savent même pas qu’elles sont enceintes, moi je mesure l’ampleur de l’enjeu. Autant lors de mes deux précédentes tentatives, j’ai décidé de mener une vie quasi normale (juste limiter l’alcool et les efforts). Autant cette fois-ci, j’ai envie de me ménager sévère. Je vais au boulot mais je limite les sorties et les trajets en transports en commun. Je squatte plus que de raison le canap’. Bref, je couve. Et je cogite, je scrute, je traque le moindre signe de mon corps… qui me laisse tantôt optimiste, tantôt pessimiste (oui je sais il est encore un peu tôt pour constater le moindre signe, qui de toutes façons NE VEULENT RIEN DIRE !!!). En résumé, je vis dix jours longs, très longs, comme au ralenti.

Certains trouveront que j’en fais trop. Ils n’auront peut-être pas tort. Mais après trois ans et demi d’attente, deux fausses couches, trois FIV, comment agir autrement ? Comment rester cool ? Franchement je n’ai pas la réponse. Et je veux bien les conseils de PMettes avisées pour vivre au mieux cette période.

Publicités

29 réflexions au sujet de « En sucre »

  1. Tu écoutes ton corps et tes envies de prudence. La prudence te permet de faire attention à eux. Cela te permet de penser à eux. C’est le résultat de tant d’espoirs … alors, je dis que t’as bien raison!

    J'aime

  2. Bonjour Lily,
    je pense faire partie des femmes « normales » selon vos critères puisque je ne suis pas en PMA (enfin j’ai quand même fait deux fausses couches… je ne sais pas où ça me place…).
    En tout cas je n’ai pas de conseils mais je voulais vous dire que même sans injections et compagnie, les deux semaines qui séparent l’ovulation des règles (ou de leur absence!!) sont un peu bizarres. Je ressens en fait une obligation de faire semblant d’être sûre: soit je me comporte comme une femme enceinte, ou comme une femme qui n’a aucune chance de l’être. Alors qu’en fait je suis… un peu les deux, comme le chat de Schrodinger 🙂

    Bon courage en tout cas, je pense à vous.
    Marion

    J'aime

  3. Dans la mesure du possible, oublier son corps, le laisser faire son travail, et lui faire confiance…..
    Je sais c’est impossible, je me suis aidée avec de la relaxation, de la programmation positive et de la couture!

    J'aime

  4. Canapé, marche, respiration, méditation, hypnose, création, c’est ce que j’avais privilégié … en plus des activités quotidiennes incontournables … tout ce qui détourne des questions sans fin du mental et permet d’être dans le présent, présent à soi-même, à son corps, disponible à la vie qui advient, connecté à son inconscient … celui qui sait vraiment.
    J’ai le souvenir d’un temps fabuleux, quelques heures qui ont duré une éternité, pendant lesquelles j’ai fait un collage, complètement centrée sur mes sensations, mes intuitions, un sentiment de connexion avec mes enfants à venir, … cette fois ou une prochaine.. et quand j’ai regardé le résultat : c’était un ensemble très vert, plein de pousses de vie, et … tout était en double …! Quelques jours plus tard, j’avais la confirmation du labo que le test était très très positif puis de l’écho que deux embryons (sur trois) s’étaient accrochés. Mon mental alternait espoir et doute, faisait les montagnes russes … mais mon inconscient, lui, savait déjà.
    Ce petit partage de souvenir, Lily, pour te dire que mes meilleurs ondes accompagnent ta famille en formation et les transformations qui s’opèrent en toi dans le sens d’une vie toujours plus féconde.

    J'aime

  5. Merci de vos conseils. Je suis plutôt du genre active alors c’est difficile de ralentir quand on ne se sent ni malade ni dans un état différent de d’habitude. Mais cette fois-ci, j’ai quand-même bien bien ralenti le rythme. Je marche même plus lentement et c’est plutôt agréable. Mon meilleur ami c’est mon canapé et on trinque à la bière sans alcool !! bisous

    J'aime

  6. Courage à toi ….. pour moi DES trop de FIV fausses couches? GEU j’ai lancé l’éponge ma vie était en danger mais toi tu es une winneuse tu vas y arriver ….

    J'aime

  7. Ou la la, je voudrais bien te donner des conseils mais vu mes résultats, je ne suis pas certaine d’être un modèle…
    mais ma recette ce serait repos la première semaine et sorties à gogo la seconde semaine pour essayer de ne plus penser à ça.
    bisous

    J'aime

  8. Je dis qu’il vaut mieux être trop prudente que pas assez. C’est pas parc e que tu délègues les courses à ton homme que le monde va s’effondrer donc tu te poses et pis c’est tout. Perso entre les iads et la pds, je bois zéro alcool et j’évite de manger les trucs à pas bon pour la grossesse. Alors tu vois… BIz

    J'aime

  9. Oui tu es en sucre, oui tu fais ce que tu veux, oui tu as tous les droits et en plus… personne n’a le droit de te dire quoique ce soit… Non mais!!!!

    J'aime

  10. Moi j’ai alterné canapé, siestes, canapé (voir ou revoir les films qu’on n’a jamais le temps de voir,c’est le moment!). J’ai quand même attrappé une gastro mais au final les 2 embryons s’accrochent! Et ça fait 5 mois!

    Alors on y croit très fort! Fais comme tu le sent, n’écoute pas les soit disant bons conseils qui sont souvent contradictoires et plus déroutants qu’autre chose!

    Bon courage pour cette attente qui parait interminable mais quel bonheur aussi d’y croire et de rêver!

    Je pense à vous!

    J'aime

  11. Je te lis depuis un petit moment et je crois que c’est le moment de t’envoyer toutes les bonnes ondes que je peux. Je suis maman et je sais la chance que j’ai.
    Je ne peux te dire que je comprends par quoi tu passes, ce serait mentir mais je peux t’assurer que je pense fort à toi et à tes petits loup qui savent que beaucoup d’amour les attend alors couve, couve et recouve…

    J'aime

  12. Lily vis cette période comme tu sens que tu peux la vivre le mieux je dirais! Après toute cette pression, cette période de longue attente est interminable. Ne t’attache surtout pas à des signes trop hasardeux et prends soin de toi! Je croise, recroise, et rerecroise les doigts pour toi! Des bises

    J'aime

  13. Il faut faire comme on le sent, pour ne rien regretter (ou « le moins possible »; pour les regrets)
    Pas de bonnes recettes : je ne suis pas PMette, mais reine de la psychose des essais bébés, alors je ne suis pas de bon conseil pour la zenitude.
    Par contre, se trouver une occupation calme pour meubler ces 10j d’attente ça serait l’idéal. Puzzle, broderie??… 🙂
    Bon courage!

    J'aime

  14. Surement pas de conseil, fais comme tu le sens et si tu te sens en sucre, nhésite pas à rajouter des coussins au canapé pour ne plus du tout avoir envie de te lever…

    J'aime

  15. Je rejoins les autres… le repos ne peut te faire que du bien. Alors pourquoi pas? Qui t’en voudra? Essaie simplement de t’occuper l’esprit pour ne pas tourner bourrique! Lecture, films…histoire de ne pas trop mouliner. Ces dix jours passeront vite! Je t’envoie des zondes, encore et encore….

    J'aime

  16. Tu n’en fais pas trop, tu écoutes ton corps, tu « couves » et je comprends ton envie de vivre au ralenti…!
    Personne ne pourra juger çà !!!
    Je suis de tout coeur avec toi !

    J'aime

  17. Lily,
    Je sais une chose, c’est que le repos ne peut faire que du bien. Une amie a testé 2 manières d’appréhender cette période d’attente, l’une en « activité normale », l’autre « au ralenti, sous couvade », c’est cette dernière qui a fonctionné, va donc savoir !!! Et à côté de cela, on a des exemples de femmes qui ont eu une période plus qu’agitée et qui, contre tout espoir, ont vu leur pt’it loup s’accrocher…
    Le seul conseil que je pourrais te donner c’est celui d’essayer de t’aérer l’esprit car cette longue période d’attente est très pénible moralement, où espoir côtoie déception prématurée et cela de manière simultanée. Multiple les activités « softs » mais non moins distrayantes (cinéma, diner entre amis, rangement de photos, shopping sur le net, réinventer une nouvelle déco pour l’appart’, peinture artistique…), c’est ce qui m’a permis, à chaque fois de patienter pendant ces 15 jours infernales. Bien évidemment, cela ne m’a pas empêché de me poser toutes les questions que l’on se pose, mais les quelques instants où mon esprit s’est mis à penser à autre chose, c’est toujours ça de pris.
    Mes pensées affectueuses t’accompagnent.
    Bizz

    J'aime

  18. Ben moi je trouve que c’est complètement normal de squatter le canap’. Je t’encouragerais même à en faire des caisses, te prélasser, te dorloter, te bichonner… ça peut pas faire de mal, si? Et tant pis si l’on confond précieux et fragile, Robert et le Littré nous pardonnerons.
    Pour ma part, je vous couve de mes pensées les plus douces.

    J'aime

  19. Je ne trouve pas du tout que tu en fais trop ! Je te comprends à 100% et je suis sûre qu’à ta place, moi non plus je ne pourrais pas « être cool ». Etre cool ou non ne se commande pas, et ne change rien : si cela doit marcher, cela marchera. Donc, donne-toi le droit d’être anxieuse, névrosée, caractérielle si tu en as envie.

    J'aime

  20. bien malin celui qui pourra te donner un conseil. fais surtout comme tu le sens. et si tu le sens « je suis en sucre et je ne fais RIEN que je ne pourrais regretter », alors c’est ainsi que ça doit être. 10 jours, ce n’est pas dix ans. Alors si ces dix jours tu veux les vivre dans ton canapé sans porter une seule boite de petits pois, fais le. L’idée c’est de ne pas avoir à te dire au cas où ça n’aurait pas marché (mais j’ai confiance, ça VA marcher): « si j’avais fait autrement, ça aurait pu fonctionner ». Donc stop la culpabilité, en plus on est fin juillet et je ne veux pas dire mais c’est une période propice à la farniente.

    J'aime

  21. Je ne trouve pas que tu en fais trop. J’imagine que je serais comme toi dans ta situation.
    Il me semble que l’important c’est de faire comme tu le sens.
    Bonne couvade!

    J'aime

  22. Lily, il n’y a pas de conseil à donner je crois. Le principal à mon avis est que tu t’écoutes et que tu fasses exactement comme tu en as envie… Malheureusement il n’y a pas de recette miracle… Bon courage pour cette longue période. Bises

    J'aime

  23. je reviens juste de vacances et lire de si bonnes nouvelles quelle joie j’ai pour vous!!!!
    effectivement ces dix jours vont etre très longs (ce fut un calvaire pour moi!!et pour mon entourage!!!) mais désormais quand je regarde mon petit bout d’amour (il a eu un mois le 22 juillet) et bien mon coeur chavire et les mauvais souvenirs s’y noient!!
    je vous embrasse très fort, couvez bien, parlez à vos deux chéris pour les inviter à s’installer
    à très vite pour de bonnes nouvelles!!

    J'aime

  24. désolée, il me manque des mots, je recommence :

    je lis votre blog depuis que l’ai squatté un jour, pour ma recherche de donneuse d’ovocytes….
    6 FC, 3 fiv échouées, 2 transferts de don (et le dernier fut le bon)… chaque fois, j’ai vécu comme vous : et si la vie s’installait au moment où nous parlons, et si le fait de porter ce carton mettait tout à l’eau, etc etc etc …

    je crois qu’il n’y a rien de plus normal que ce que vous vivez, comme vous le vivez… à chacune ça façon… et de te toute manière, a-t-on le choix de ressentir les choses comme elles nous viennent ?

    en tous cas, j’ai ressenti chaque ligne, chaque virgule de ce que vous décrivez si bien, cette attente insupportable … innommable…

    Mon fils s’est accroché au pire moment de ma vie : en plein deuil d’un être très cher, sous antidépresseur, fumant un paquet de clopes par jour… j’ai vraiment fait la pds par obligation de PMA…

    Mais voilà, aujourd’hui il est là, vivant, et m’appelant maman, faisant ses premiers pas hier et toute la souffrance s’est enfuie, mais pas le souvenir…

    Battez vous encore et encore, je n’ai que ça à dire ….

    affectueusement

    Enfantmagique

    J'aime

  25. je lis votre blog depuis que l’ai squatté un jour, pour ma recherche de donneuse d’ovocytes….
    6 FC, 3 fiv échouées, 2 transfert de don (et le dernier fut le bon)… chaque fois, j’ai vécu comme vous, et si la vie s’installait au moment ou nous parlons, et si le fait de porter ce carton mettait tout à l’eau, etc etc etc …

    je crois qu’il n’y a de plus normal que ce que vous vivez, comme vous le vivez… à chacune ça façon, de toute façon, a-t-on le choix de ressentir les choses comme elles nous viennent ?

    en tous cas, j’ai ressenti chaque ligne, chaque virgule de ce que vous décrivez si bien, cette attente insupportable … innommable…

    on fils s’est accroché au pire moment de ma vie : en plein deuil d’un être très cher, sous antidépresseur, fumant un paquet de clope par jour… j’ai vraiment la pds par obligation de PMA…

    Mais voilà, auj il est là, vivant, et m’appelant maman, faisant ses premiers pas hier et toute la souffrance s’est enfuie, mais le souvenir…

    Battez vous encore et encore, je n’ai que ça à dire ….

    affectueusement

    Enfantmagique

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s