et surtout des brouettes

Des cailloux dans mes chaussures

Vendredi matin, j’ai rendez-vous à l’aube à l’hôpital pour me faire enlever ces satanés cailloux et la vésicule biliaire par la même occasion. J’avoue, je flippe un peu… Je flippe depuis la consultation de l’anesthésiste où celle-ci m’a expliqué en détail pourquoi l’anesthésie que j’allais avoir été plus lourde que celle d’une ponction de PMA (oui je ne suis jamais contente, quand je n’ai pas assez d’explications, je râle et quand j’en ai, je me dis que je n’avais pas besoin d’en savoir autant). Outre l’anesthésie classique, je vais subir une intubation une fois dans les vappes pour obtenir une anesthésie profonde des tissus. À ce stade, je rappelle quand même qu’il s’agit d’une intervention aussi fréquente que l’appendicite mais au mot intubation, les (trop) nombreux épisodes d’Urgences et de Grey’s anatomy que j’ai pu regarder me sont revenus en mémoire. Et depuis je flippe… Même si au réveil je ne me souviendrai même pas qu’un tuyau est passé dans mon œsophage. Beurk !!

Malgré tout, je me dis que c’est mieux que l’opération ait lieu maintenant. Pas seulement pour des raisons de santé. Les médecins ont décelé trois cailloux dans ma vésicule. Trois cailloux, trois FIV. Depuis que j’ai fait ce rapprochement, il tournicote dans ma tête. Évidemment, il s’agit d’une pure coïncidence. Mais j’ai appris au fur et à mesure des années que donner du sens me permettait de mieux accepter ce qui m’arrivait, de le digérer. Et que mon corps porte les stigmates ne m’étonne pas plus que ça. Il a sacrément morflé quand même…

Alors je vais m’arrêter sur le bord du chemin, m’asseoir sur ce banc, enlever ma chaussure, y retirer les trois cailloux (sous anesthésie quand même ;-)), prendre le temps de souffler… Puis remettre ma chaussure, me relever et repartir sur le chemin de la maternité… Débarrassée des quelques gravillons qui gênaient ma marche…

Depuis que je prends les choses ainsi, je n’ai plus l’impression de perdre mon temps. C’est toujours ça de gagner !

Édit : ce n’est pas une ponction, mais si vous pouvez croiser les doigts quand même, je suis pas contre.

Publicités

19 réflexions au sujet de « Des cailloux dans mes chaussures »

  1. Bon courage
    J’ai subi la même intervention il y a presque 1 an. ET finalement même si j »étais bien flippée, ca s’est super bien passée et c’était en ambulatoire en plus. Des douleurs pendant 2 semaines (c’est fou tous ses muscles cachés qu’on découvre) je prenais bien les cachets aux heures indiquées. Bon courage !!!!

    J'aime

  2. Je pense à toi ma belle, j’espère que tout s’est bien passé. J’aime cette parabole de la chaussure qui va te faire reprendre ta marche vers la maternité. Je croise fort pour cela maintenant. Des bises des bises des bises

    J'aime

  3. C’est aujourd’hui, je pense à toi 😉 L’intubation, ça fait que tu vas toussoter pendant deux jours, ce qui passera totalement inaperçu en ces temps de trachéite et autres joyeusetés…L’image de ce petit chemin sur lequel tu t’arrêtes pour enlever les petits cailloux de ta chaussure est très doux, très poétique…Bon courage à toi !

    J'aime

  4. je penserai fort à toi demain.
    je suis persuadée que tu fais très bien de te débarrasser de ces cailloux maintenant, pour être tranquille pour la suite, que tte souhaite magnifique.
    gros bisous.

    J'aime

  5. Pour avoir subi un certain nombre d’opérations assez lourdes, d’abord je confirme que l’intubation on n’en garde aucun souvenir, aucune trace, et surtout, le plus difficile c’est AVANT. Le plus difficile c’est l’appréhension, c’est imaginer, c’est cette fichue attente. C’est se demander « comment ça va se passer », « je vais avoir mal, mais combien », et toutes ces questions qui tournicotent en boucle. Alors qu’ensuite, c’est beaucoup plus simple 🙂 D’abord, pendant, tu dors, les médecins prennent soin de toi, tu ne te préoccupes de rien 😉
    Ensuite, le réveil, peut-être désagréable, mais « c’est fini » est un sésame magique, à partir duquel on n’appréhende plus. On est dans le présent, on vit les choses comme elles viennent, et surtout on sait qu’on se rétablit, qu’à partir de maintenant les choses ne vont aller qu’en s’améliorant. C’est peut-être éprouvant physiquement, mais psychologiquement c’est beaucoup plus facile 🙂
    Voilà, alors surtout bon courage pour l’attente, et plein de bonnes ondes pour que ton rétablissement se passe au mieux et au plus vite.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s