et surtout des brouettes

L’adoption, ça infuse

Les deux semaines qui viennent vont être placés sous le signe de l’adoption avec nos deuxièmes rendez-vous avec l’assistante sociale et la psy. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que notre projet mûrit. Depuis le premier rendez-vous en juin, nous avons beaucoup lu, échangé, parlé, collecté des infos…

Tout n’a pas été de tout de repos, notamment d’en parler avec nos parents. Certaines premières réactions nous ont déçues par leur indifférence ou par des paroles malheureuses. Les clichés sur l’ado adopté en pleine crise identitaire et donc difficile à vivre ont la vie dure. Mais finalement eux aussi font leur chemin. Ils en parlent à leurs amis et nous font remonter des contacts de familles qui ont adopté il y a une vingtaine d’années ou de personnes qui travaillent dans les OAA (Organismes autorisés pour l’adoption).

Notre désir d’adopter infuse, s’étend, s’approfondit dans notre entourage. Finalement, même les paroles malheureuses nous aident à fixer nos limites, à se blinder, à savoir que plus que jamais c’est notre famille en construction qui compte.

Publicités

17 réflexions au sujet de « L’adoption, ça infuse »

  1. Bonjour Lily. Je crois qu’un des commentaires va déjà dans ce sens, mais j’en rajoute une couche. Je ne peux pas m’empêcher de craindre les manifestations de la crise d’adolescence quand j’entends aujourd’hui ma fille _biologique_ me lancer « j’en peux plus, de toutes façons, je suis plus ta fille, t’es plus ma mère ! » … à 6 ans … L’opposition viendra ou ne viendra pas, mais je crois qu’elle n’aura pas grand chose à voir avec le fait qu’il s’agisse d’un enfant biologique ou non. Bon courage pour les démarches à venir.

    J'aime

  2. Le chemin doit se faire aussi dans vos familles mais c’est certain que certaines réactions déçoivent…. Je me rappelle de ma cousine psychologue qui quand je lui ai parle de don d’ovocyte m’a répondu dans une grimace : c’est bizarre!!.
    Mais je me dis qu’à sa place, je n’aurais peut être pas dit quelque chose de mieux….
    Bon chemin….

    J'aime

    1. Je crois que quelle que soit la situation, les paroles malheureuses existent. Une fois qu’on a des enfants, il faut par exemple subire les commentaires des uns et d autres sur l’éducation. C’est ainsi mais parfois on est plus fragile à certains moments qu’à d’autres pour recevoir ces réactions.

      J'aime

  3. Maman de deux enfants du bout du monde et du fond de mon coeur et de mes tripes, ados aujourd’hui et pas l’ombre d’une crise d’identité. Normal, ils l’ont leur identité, nous l’avons construite ensemble. Jamais entendu  » t’es pas ma mère », normal aussi dans l’instant où je les ai eus dans mes bras, dans le premier regard, j’ai été leur maman, elle a été ma fille et il a été mon fils. No panic !

    J'aime

    1. En fait je crois que cette quête des origines est très intime et varie bcp d’une personne à l’autre. Certains ne s’en préoccupent guère, pour d’autres c’est une priorité. La seule chose qu’on puisse faire c’est accompagner… Plus j’y réfléchis et moins ça me fait peur en fait.

      J'aime

    2. Mon commentaire n’apparaît pas … bug technique? Bref, je suis surprise de lire des parents adoptifs qui occultent complètement l’existence de la famille biologique de leur enfant – qui est aussi celui d’un père et d’une mère qui l’ont très probablement aimé et n’ont pas eu d’autre choix que de renoncer à lui (extrême pauvreté, pression sociale)…

      J'aime

      1. Comme tu le vois il n’y a pas de censure… Et je ne sais pas prou ton com’ n’apparaissait pas…

        Après je crois que personne, et surtout pas les parents adoptifs, oublie ces questions et que ce n’était pas l’objet du débat.

        J'aime

    1. Franchement merci pour ton commentaire, je crois que je m’en souviendrai longtemps tellement il m’a fait rire (même si j’imagine que toi ça te fait moyen rigoler)

      J'aime

      1. Oui, sur le moment, on rigole pas trop, mais tant mieux si toi, ça t’as fait rire! C’était juste pour te dire qu’un enfant, un ado, adopté ou non, peut trouver les mots qui blessent, mais si ce lien dont parle la maman adoptive très heureuse a été construit et consolidé au fil des années, il reviendra toujours pour un câlin…

        J'aime

  4. Juste un conseil : vous avez eu le temps, vous et votre mari, de réfléchir à l’adoption depuis un moment déjà, pas vos proches ! laissez leur donc le temps de faire leur chemin de leur coté, de réfléchir à tout ça, et vous verrez, ils seront bientôt aussi impatients que vous (c’est l’expérience qui parle 😉 )
    Kakaille, maman adoptive de 2 zébulons !!!

    J'aime

    1. Je suis d’accord avec toi et effectivement on essaie de leur laisser le temps. Et je pense aussi qu’au final ils seront aussi gaga que nous de notre petit bout.

      J'aime

  5. votre famille dans la famille… tout un programme… et avec de l’humour il y a pas mal de préjugés qui tombent vite heureusement ! Après, les phrases décalées il y en aura toujours… bonne infusion en tous cas 😉

    J'aime

  6. C’est VOTRE décison, e la confronter au regard des autres vous permettra certainement d’être encore plus renforcés dans votre désir.
    Bonnes deux semaines!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s