Toutes les brouettes ont une fin…

  

je n’aime ni les aéroports, ni les quais de gare. Je n’aime pas les adieux et les au revoir. Mais il faut bien se rendre à l’évidence. Il est temps de l’écrire… Ce dernier billet. Ce ne sera une surprise pour personne, tellement ce blog est silencieux depuis des semaines, des mois ! Et alors qu’il vient de fêter ces six ans, je me dis qu’il mérite mieux qu’une fin en eau de boudin. Il mérite ce dernier billet. 

C’est vrai, j’aurais pu continuer. J’aurais pu transformer cet espace en blog de maman. D’autres le font très bien. J’ai essayé mais je n’ai pas trouvé le temps, le ton et peut-être tout simplement l’envie. Après avoir rêvé ma vie pendant tant d’années, j’ai eu un furieux besoin de la vivre, sans en perdre une miette, sans forcément y mettre des mots. Ce blog était un blog de combat et le combat a pris fin. D’autres front se sont ouverts… parce qu’ainsi va la vie. Elle a décidé de ne jamais m’accorder un trop long repos…

Comment je vais ? Plutôt bien malgré les ombres. Le rythme de working mum est assez intense et nos jedis ne nous laissent guère de répit. Ils ont aujourd’hui 18 mois, marchent, courent, grimpent… Leïa m’appelle Non-non tellement je les rappelle à l’ordre tout le temps. « Non ne te mets pas debout sur le canapé », « non ne pique pas le jouet de ton frère/ta sœur », « non ne mets pas les mains dans les purée »…. Ils nous comblent de joie tout autant qu’ils nous épuisent. 

Je suis aujourd’hui rassérénée face à leur acceptation du don. Je leur parle de temps en temps de la fée qui nous a aidés à les faire venir au monde. Mais pas très souvent… Pour le moment, cela ne me semble pas très utile. Je connais dans ma chair et dans leurs regards les liens qui nous unissent et je sais que nous surmonterons un jour ensemble les difficultés s’il devait y en avoir. C’est ça être une famille ! J’ai imprimé tous les billets que j’ai écris ici. Un jour, je leur donnerai pour qu’ils connaissent leur histoire. Une histoire qui a commencé des années avant leur naissance. Une histoire d’amour. Une vraie.

Mais on ne ressort pas tout à fait intact de cinq années de brouettes et de ventre vide. J’en voudrais toute ma vie à Dame nature de m’avoir fait perdre ce temps précieux qui ne se rattrape pas. Je lui en veux d’autant plus aujourd’hui que mon père se bat contre le crabe (le nouveau front) et que, dans mes moments d’angoisse, je me demande s’il verra grandir ses petits enfants qu’il aime tant. 

Je n’aime ni les aéroports, ni les quais de gare. Et a l’heure des au revoir, un seul mot me vient : merci ! Merci du fond du cœur d’avoir été là, de m’avoir soutenu et épaulé pendant toutes ces années. Sans vous, j’aurais sombré. J’ai trouvé de la force dans l’écriture, de l’affection dans nos échanges, j’y ai puisé le courage de poursuivre le chemin. 

A toutes celles qui galerent aujourd’hui, je voudrais simplement dire : ne lâchez rien ! Moi si je n’ai qu’un seul regret, c’est de ne pas avoir choisi le don plus tôt. Je me serai évitée bien des tourments. Mais c’est ainsi, il fallait laisser le temps au temps.

Voilà… Je n’aime pas les au revoir. Alors je vous dis à bientôt, peut-être ici – les commentaires et mon mail restent ouverts même si je ne suis pas d’une rapidité exemplaire pour répondre,mea culpa  – sûrement ailleurs… Prenez soin de vous ! Comme le dit ce grand penseur qu’est Alain Souchon (oui j’ai des références !), « la vie ne vaut rien, mais rien ne vaut la vie »… Je vous embrasse…

Bonne année 2015 !!

IMG_0257-0.JPG

Je vous souhaite à toutes et tous une très belle année 2015. Douce. Riche. Féconde.

Oui oui, je sais. J’ai un peu déserté cet espace. Pas trouvé le temps. Pas trouvé le ton. J’ai l’impression d’être devenue si banale. Une mère de famille. Certes une mère de jumeaux, il faut garder un brin d’originalité, mais une mère de famille ordinaire qui tente de trouver l’équilibre entre ses différentes vies, qui essaie de faire de son mieux, même si ce n’est pas toujours facile. Comme ce soir où Leïa pleure depuis longtemps maintenant parce que cette reprise après plus de 15 jours de vacances la chamboule un peu. Faut-il la réconforter ? La laisser pleurer ? Se mettre en colère ? La bercer ? Nous avons tout essayé. Sans succès.

Voilà mon quotidien aujourd’hui. Un immense bonheur. Un bonheur fois deux qui grandit en même temps qu’eux. Quelques galères, beaucoup de jonglage, une dose certaine de fatigue, un rythme haletant…

Mais ils vont bien. Ils vont magnifiquement bien. Luke marche. Leïa dit ses premiers mots. Ils m’emeuvent tant. Mais rien de très extraordinaire en somme.

Je n’ai pris ni bonnes résolutions ni grandes décisions pour cette nouvelle année. Alors vous risquez de m’apercevoir de temps en temps au fil des semaines et des saisons

Vivre avec le don

IMG_0256.JPG

J’ai reçu deux mails cette semaine. Deux mails qui m’ont touchée. Deux parcours. A. est enceinte de près de 4 mois grâce à un don d’ovocyte. M. a donné aujourd’hui ses précieuses gamètes pour que d’autres A. et d’autres que moi puissent devenir mères un jour sans forcément aller à l’autre bout de l’Europe…

Et moi, comment je vis le don près de deux ans après avoir contacté pour la première fois la clinique barcelonaise ?

Lire la suite

Marathoniens

IMG_0246.JPG

Je me rappelle quelques semaines après que les jedis sont nés, je me disais que finalement ce n’était pas si compliqué d’avoir deux enfants en même temps. J’avais même fanfaronné un brin dans un billet. je devais être encore dopée aux hormones car près d’un an plus tard, mon discours a quelque peu changé. Je me sens prise dans une course de fond dans laquelle il faut tenir. Un marathon de la puériculture au carré.

Lire la suite

Les (bonnes) résolutions

IMG_0245-1.JPG

Je suis la championne toute catégorie des bonnes résolutions. Pas une rentrée, pas une nouvelle année sans que j’établisse une petite liste des « choses qu’il faut que je fasse parce qu’elles me tiennent vraiment à cœur ». Je suis toute aussi forte, si ce n’est plus, pour ne pas les tenir… Mais bon, promis cette année, je vais faire un effort… Alors voici mes deux petits vœux pour moi-même en cette rentrée 2014.

Lire la suite

Dix mois… En vacances

C’est fou les progrès des jedis en un été. Complètement dingue, même ! Avant de déménager, Luke et Leïa commençaient à peine à ramper. À notre retour de vacances, ils vadrouillaient partout à quatre pattes dans leur nouvel appart, Leïa ayant déjà très envie d’être debout voire de faire quelques pas (si on la tient, faut pas pousser).

Lire la suite